Musique

MR RAOUL K

Des basses puissantes de techno pour des sets dansants aux afro-beat.

Raoul Konan n’est pas un DJ comme les autres. Quand il compose son morceau Sun of Gao, en référence à la ville du nord du Mali, il prend soin de mettre en avant le ngoni, instrument malien à cordes, équivalent du luth. Par une astucieuse combinaison entre les rythmes des musiques électroniques contemporaines et les traditions musicales africaines, Raoul K fait danser en club, avec un clin d’œil permanent à l’Afrique de l’Ouest.

Il est invité une fois par mois environ dans la capitale, et s’est d’ores et déjà produit dans les grands clubs parisiens : le Rex Club, la Concrete, le Djoon… Avec ses dreadlocks qui lui tombent dans le dos, Raoul Konan s’est créé un vrai personnage, reconnaissable quand il est derrière ses platines.

En 2008, Raoul K sort son premier vinyle, autoproduit sur son label, Baobab Music. Le milieu de la musique électronique accueille avec encouragements Raoul K, qui y voit une consécration.

Depuis, avec un troisième album sorti en 2014, il continue de faire danser aux rythmes de l’Afrique, avec ngoni et percussions au programme. Une main sur son djembé d’Abidjan, l’autre sur ses platines.